•  

    Ancien article de "Blogorama"...

    Le mur des pensées...  (Philosophie, société, pensées, réflexion) posté le lundi 20 octobre 2008 23:25

    Blog de melimelodesptitsblanpain :Méli Mélo des p'tits Blanpain!, Le mur des pensées...

    Connaissez-vous notre "petit coin"?!  Ah, si vous êtes déjà passé chez nous, peut-être y êtes-vous entré?  Peut-être vous y êtes-vous assis, en contemplant les murs où sont affichés toutes ces petites pensées...  Ah!  Nos toilettes, le coin des phylosophes!

     

    "Ne suivez pas les chemins déjà tracés, allez plutôt là où il n'y a pas de chemins et laissez-y votre propre trace..."

    "L'aventure, c'est ouvrir de nouvelles portes la bouche fermée et les yeux grands ouverts"

    B. Kingslover

    "J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé"

                                                                                 Voltaire

     

    "Pour vivre le coeur est plus important que la raison"

    "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage"

    "Cherche le bonheur parmis les êtres les plus humbles: l'oiseau, la fleur, l'enfant"

    "On ferait plus de choses si l'on en croyait moins d'impossibles"

    "Ceux qui attendent toujours que tout aille bien pour faire quelque chose, ne feront jamais rien"

    "Ceux qui saiment nous font du bien sans le savoir"

    "Et si je prenais la vie du bon côté?"

    "Toute chose est difficile avant de devenir facile"

    "Un visage désarmé peut en désarmer un autre...

    Alors la violence devient improbable"

    EMMANUEL LéVINAS

    "Que sont mes trésors comparés à la lumière du soleil et à des heures vécues en plein bonheur?"

    S. ZWEIG

    "Les petites choses nont lair de rien, mais elles donnent la paix"

    "Ne te hâte pas de critiquer mais hâte-toi de comprendre"

    PROVERBE RUSSE

    "La plus perdue de toute les journées est celle où lon n'a pas ri!"

    CHAMFORT

    Savoir

    Sourire,

    quelle force dapaisement,

    force de douceur,

    de calme,

    force de rayonnement!

    GUY dE LARIGAUDIE

    "Qui comprend beaucoup parle peu"

    "Combien de tendresse se cache parfois sous la timidité!"

    "Faire le ménage tant que les enfants grandissent encore,

    C'est comme ramasser la neige tant qu'elle tombe encore..."

    "Lorsque le problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter, et lorsqu'il n'en a pas, s'inquiéter ne change rien!"

    PROVERBE ARABE

    "Lavenir appartient à ceux qui lui font confiance"

    "La joie est en tout; il faut savoir l'extraire"

    LAO-TSEU

    "Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme!"

    COLETTE

    "Une seule race, la race humaine.

    Human race, equal heart"

    "Famille nombreuse... famille heureuse!"

     

    Parmis d'autres!  J'ai notamment encore d'autres petits textes plus longs...

    Mes toilettes s'apparentent donc à un lieu de méditation {#}

    D'autres idées?  Postez-les en commentaire!!!  

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ancien article de "Blogorama"...

    Noix!  (Bricolage, déco, jardinage, cuisine) posté le lundi 20 octobre 2008 23:12

    Blog de melimelodesptitsblanpain :Méli Mélo des p'tits Blanpain!, Noix!

    Attention!  Chute de ...  noix!?

    Hé, oui!  Chez nous, au jardin, il n'y a pas que les feuilles qui chutent pour le moment!  Il y a aussi de belles noix qui tombent de notre arbre!  Enfin, maintenant, c'est déjà un peu la fin...  Les petits en ramassent tous les jours!  Il est vrai que si j'y réfléchis, 2008 fût une année de "garçons".  Comme le dit l'adage: "Année de noix, année de garçons".  Dans toutes nos connaissances les naissances étaient bel et bien des petits garçons!  (Fin 2007 aussi ... en fait!)  Un beau bilan, donc, puisqu'une belle récolte de pommes + une belle récolte de noix!!!

    Bon, je rajoute des photos dès que possible à mes articles!!!  Mon appareil photo à bel et bien rendu l'âme!  Verdict confirmé par Mr le photographe!  Avec l'appareil de maman, je n'arrive pas à charger les photos sur l'ordi, avec mon gsm, pas de câble USB!  Les seules photos que j'ai encore pû charger (épouvantail par ex) avaient été prises avec le gsm de Fred!  Dur, dur pour une obsédée de l'objectif!!!

    Ah!  Enfin trouvé le système pour charger les photos à partir de l'appareil de maman grâce à un petit boîtier magique dans lequel on introduit la carte mémoire de l'appareil photo!  

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ancien article de "Blogorama"...

    Premiers pas!  (Famille, enfants) posté le mercredi 15 octobre 2008 13:13

    Ce samedi, 11 octobre 2008, Léo-Pol a fait ses premiers petits pas, tout seul, sans appui!

     

    A part cela, c'est vraiment un "junior le terrible"!  Dernières bêtises en date:

    - Dérouler le rouleau de papier toilette et jeter le papier dans les wc!

    - Monter sur la chaise de l'ordinateur, l'allumer, lui parler en jouant avec la souris!    


    votre commentaire
  • Ancien article de "Blogorama"...

    Pour un accouchement à visage humain...  (Grossesse, naissance et maternage!) posté le lundi 13 octobre 2008 09:54

     

     

    Blog de melimelodesptitsblanpain :Méli Mélo des p'tits Blanpain!, Pour un accouchement à visage humain...

    Pour un accouchement à visage humain...  Naissance respectée...  Accouchement physiologique...

    Pour la naissance de mes trois enfants, jai vécu deux "façons d'accoucher" très différentes.

    Mes deux premiers accouchements, assez "abracadabrantrs", eurent lieu à l'hôpital.  Position gynécologique imposée, pieds dans les étriers.  Et j'ai eu droit à toute la panoplie des interventions suivantes: rasage, lavement, monitoring en continu, sonde des urines, perfusion, péridurale, ocytocine, épisiotomie.

    En salle de travail, position couchée.  On venait me changer de côté de temps à autre ou me mettre le ballon sous les jambes.  Une infirmière venait faire un toucher vaginal toutes les heures... Le temps nous a toujours semblé très long à mon mari et à moi, enfermés dans cette salle de travail, sans aucune liberté de mouvement.  Moi, coupée de mon bébé, coupée de ce "travail" dû au fait de la péridurale.  Pour mes deux premiers enfants, je n'ai pas enfanté, on m'a accouchée...

    Sans parler du suivi de ces deux grossesses par une gynécologue qui d'après moi mettait trop l'accent sur le côté pathologique d'une grossesse.  Avec échographies systématiques, tous les mois donc.  Ca aussi, ça m'énerve!  Le fait que les médecins sen réfèrent tant à leurs machines!  Ils n'utilisent plus leurs mains, ni leur tête, ni leur coeur!  Et la grossesse plutôt vue comme une pathologie.  Hors comme le disait ma sage-femme, Lucette: "La première cause de pathologie dans une grossesse, c'est le stress.  A force de ne parler que des risques, on les induit."

    Visites à la chaîne chez la gynécologue, dans un centre de santé.  Prise du poids, toucher vaginal, échographie, prescription pour aller faire la prise de sang pour la toxoplasmose.  Jamais de prise de la tention, ni de mesure de la hauteur utérine, ni d'examen des urines.  Remarques de la gynéco à effet nocebo (=qui suscite de l'angoisse et de l'inquiétude) "Vous allaitez encore votre premier alors que vous êtes enceinte, celà va vous fatiguer."  "Ce sont deux grossesse très rapprochées!"  "Un centimètre d'ouverture du col, des petites contractions, il faut vous reposer!  Reposez-vous!"  Prescription d'UTROGESTAN (pour Pierre-Lilé et Léa-Kenza)  contre ces contractions.  J'ai aussi eu droit à l'ADALAT OROS 30 (pour Léa-Kenza) ainsi qu'au PREPAR (pour Pierre-Lilé)...

    Pour mon premier, Pierre-Lilé, à 36 semaines, je venais de faire un monitoring à l'hôpital car je contractais assez bien.  La gynéco m'avait bien dit de prendre mes UTROGESTAN et de me reposer et si ça ne passait pas, je devais lui téléphoner.  Dans la soirée, les contractions ne passant pas, je lui téléphone donc.  Elle me dit de me rendre à l'hôpital.  Mon mari et moi, on se dit: "Chouette!  Le travail a commencé!  On va accoucher!" ... Pas vraiment!

    A l'hôpital, on me remet le monito.  J'avais beaucoup de petites contractions qui ne s'arrêtaient plus.  Alors, estimant que 36 semaines, c'était trop tôt pour accoucher, on est venu me mettre une perfusion de PREPAR pour bloquer les contractions...  Les contractions continuaient, alors on augmentait et on augmentait les doses jusqu'à ce que j'en fasse de la tachicardie!

    Je suis restée ainsi une semaine, avec cette perfusion de PREPAR, ces monitorings plusieurs fois par jour, à pleurer sans comprendre.  Mon mari et moi désemparés face à ce mur, à ce dialogue de sourds avec le personnel soignant!  Une infirmière m'a même répondu: "Votre bébé est mieux dans votre ventre que dans une couveuse.  C'est pour le bien de votre bébé!  A 36 semaines, ses poumons ne sont pas formés!"

    Le bien de mon bébé!  Parlons-en!  L'infirmière m'avait surprise à caresser mon ventre alors que j'avais ce foutu monito de branché: "Ne touchez pas votre ventre, vous allez fausser le monitoring!  Celà provoque des contractions!"

    J'aurais envie de hurler!  Le bien de mon bébé!  Pace que vous pensez que mon mal-être, mon bébé ne l'a pas ressenti?!  Et le fait de l'avoir bloqué alors qu'il s'apprêtait à naître, vous pensez que ça n'aura pas eu d'influence sur lui?!

    Mais, aujourd'hui, c'est différent.  De part mes lectures, mes rencontres, mon expérience aidant...

    Les 3 derniers jours avant la 37ème semaine, on m'enlève la perfusion de PREPAR pour la remplacer par des cachets.  La gynécologue m'avait prévenue que si je n'accouchais pas le 29 mars 2004, date de la 37ème semaine, on me provoquerait le 30 mars!  Voilà ce qui arrive donc lorsque l'on tombe sur une gynécologue qui est vraiment sur les dates!  On vous bloque ou on vous provoque!!!

    Ca suffit!  Mon mari me dit: "Jette ces cachets dans les toilettes, sinon on va te provoquer!"  Ca suffit oui!  Mon instinct de maman protectrice commence à réagir et à prendre le dessus.  Les cachets seront jetés, un à un, à l'heure des prises, dans les toilettes.  Et vu que depuis qu'on m'avait enlevé la perfusion, je pouvais me mouvoir un peu plus, avec autorisation de me lever uniquement pour aller aux toilettes et obligation de me laver sur une chaise, j'en ai profité!  Je ne m'assoirai jamais sur la chaise pour me laver, par contre, elle me servira d'appui afin de m'accroupir pour dire à mon bébé: "Maintenant, on est prêts!  Tu peux venir quand tu veux!"  Et quand le soir du 28 mars, je commence à contracter - alors que j'étais sensée avoir pris mon dernier cachet au matin? - les infirmières sont bien étonnées que le travail commence si vite!

    Pour ma deuxième, Léa-Kenza, j'avais à nouveau des petites contractions et une petite ouverture du col (vers le 5ème mois de grossesse?)  Là, j'ai eu droit à l'ADALAT OROS 30 que j'ai cessé de prendre durant le congé de ma gynéco, pour accoucher à 37 semaines et 3 jours, avec un gynécologue de garde qui m'a dit: "Si dans 5 minutes je ne vous voit plus sourire, on vous met la péridurale d'office"...

    Voilà donc pour mes expériences d'accouchements à l'hôpital...  C'est pas tout ça!

    Pour notre petit dernier, Léo-Pol, nous avons été suivis globalement (rendez-vous prénataux, accouchement, post-partum)  par une sage-femme et avons accouché en maison de naissance.

    Quelle différence par rapport à mes deux premiers accouchements! 

    Une des premières choses que Lucette, ma sage-femme me dira: "Tu es enceinte!  Pas malade!  Tout va bien!"  Chez Lucette, pas de rendez-vous à la chaîne, on prend son temps!  Elle nous accueille comme un membre de la famille, en nous embrassant et nous tutoie.  La relation qui s'installe est une relation de confiance mutuelle.  Lucette me donne confiance en ma capacité de porter mon bébé et d'accoucher par moi-même.

    Ici aussi, je resterai avec une ouverture du col d'un centimètre, jusqu'à mon accouchement à 40 semaines!  Et jamais Lucette ne m'a dit: "Attention!  Tu as une ouverture d'un centimètre!  Il faut te reposer!"

    Avec Lucette, j'ai beaucoup partagé!  Elle m'a appris beaucoup de choses!

    La maison de naissance est une petite fermette jouxtant le cabinet de Lucette.  Il y a deux chambres de naissance.  L'une avec un bain.  Rien à voir avec l'hôpital, on dirait juste une chambre, comme à la maison!  Par la fenêtre, on a vue sur le jardin.

    Voici le récit de mon accouchement, en maison de naissance...

    Le jeudi 13 septembre 2007, nous avions rendez-vous chez Lucette à 17h30.  J'avais pris assez bien de poids en 15 jours.  Elle me demande si mes pieds n'ont pas gonflés?  Je dis que si, que je suis serrée dans mes chaussures...  Elle me dit que ça peut retarder la naissance aussi, de garder trop d'eau, qu'il faut éviter de boire de trop...  Je me dis déjà: "Flûte, c'est encore parti pour durer"...  Déjà les gens qui me voyaient ces derniers temps me disaient: "Vous êtes encore là?!" - "Hé, oui!" - "Allez, courage!"  Puis, Lucette m'examine, me regarde dans les yeux et m'annonce: "Tu es à 5 cm!"  Incroyable!  Je n'en crois pas mes oreilles!  Une lueur d'espoir et de la joie me traversent!  Après, c'est comme si tout se mettait en route, en place, que tout le monde s'affairait.  Un peu comme quand on prépare vite tout, un jour de fête, avant que la personne tant attendue n'arrive!  Lucette me dit: "Je ne vais pas te renvoyer chez toi.  C'est risué!  Tu aurais à peine le temps de faire le trajet!"  Elle me demande si j'ai ma valise?  Evidemment, ça faisait un moment qu'elle était dans le coffre de la voiture, on l'avait retirée il y a 2-3 jours!  Alors, Frédéric est retourné la chercher à la maison.  Pendant ce temps, Lucette et moi, on part s'installer dans la maison de naissance!  Ca y est!  C'est le grand jour!  Dehors, une chatte joue avec son petit chaton.  Le fait que Lucette m'ait examinée a déclenché les contractions.  Je passe ma main sur mon ventre en regardant par la fenêtre et en marchant à travers la chambre.  Dans la pièce d'à côté, Lucette a du mal à faire prendre la veilleuse de la chaudière!  Toute la boîte d'allumettes y passe et l'émeri n'est pas fameux!  Pour finir, le chauffage est quand même allumé!  Lucette allume la radio.  C'est un CD de Fabienne Marsaudon, avec des textes si émouvants sur le moment de la naissance!  Ca y est!  On y est!  J'ai les larmes aux yeux.  Je me mets en chemise de nuit.  Debout sur le petit tapis près du lit, je me balance.  Mes contractions se suivent, encore douces, environs toutes les dix minutes.  Lucette m'entoure de ses bras, me masse le dos, le ventre...  Nous parlons...  Le temps est suspendu, je me sens à part du monde, dans quelque chose d'extraordinaire, d'essentiel!  Je m'assieds sur le ballon...  Une contraction plus basse, plus forte.  Puis, vers 18h45, Fred franchit la porte de la chambre.  Je l'accueille avec un: "Je suis à 8 cm!"  Avant qu'il n'arrive, Lucette m'avait examinée.  Elle a aussi utilisé le cornet en bois, pour écouter bébé.  Fred et Lucette boivent un café, je bois un peu d'eau.  Je m'accroupis un peu, en me soutenant avec les bras sur le lit, puis sur le ballon.  Je me couche sur le lit, sur le côté, le coussin d'allaitement entre les jambes.  Puis, je me relève pour aller faire pipi.  Quelle pression dans le bas de mon ventre!  Les contractions deviennent plus fortes, plus basses.  Je demande à Fred s'il veut bien s'asseoir  derrière moi, sur le lit, comme nous avons vu chez Hermine, en haptonomie.  Je suis en position semi-assise, adossée contre Fred.  Puis, tout s'enchaîne et se déchaîne.  Je mets quelques gouttes d'huiles essentielles PRANARÔM Féminaissance "Accouchement harmonieux"  aux creux de mes poignets.  Fred me masse le dos et surtout le bas du ventre avec cette huile.  Les mains de mon homme ne quittent plus mon ventre.  Ce ventre dans lequel Léo-Pol est maintenant déjà bien bas.  Les contractions deviennent de plus en plus violentes.  Des vagues qui viennent, puis se retirent à un rythme de plus en plus rapproché.  Plus qu'un petit bout de col, plus de col.  Puis, Lucette perce la poche des eaux.  Tout s'accélère.  Je fais des "o".  Lucette m'accompagne.  Tout mon corps vibre comme un instrument de musique.  Les "o" accompagnent les vagues.  Les vagues accompagnent Léo-Pol.  Ces sons me relient aux femmes d'autres contrées... Ces vibrations m'aident à supporter les contractions sans me crisper.  Une première fois, Lucette me dit que je peux sentir la tête de Léo-Pol qui descend.  Oui, je le sens, là, du bout des doigts, dans la chaleur de mon corps.  Puis, une deuxième fois, un peu plus proche de la lumière du jour, encore.  Lucette dit à Frédéric: "Tu peux déjà déboutonner sa chemise, qu'elle puisse accueillir bébé"  Ca aussi, ça encourage!  On se dit: "Allez, encore un petit effort, ça se rapproche, il sera bientôt là!"  Puis, ces envies irrépressibles de pousser.  Les pauses où je mettais mon visage dans la nuque de Fred deviennent rares.  Fred est là, autour de moi, derrière moi.  Lucette m'encourage, me dit de pousser vers le bas, comme pour aller à selles.  De bien prendre mes respirations, en poussant, de souffler cet air doucement, comme pour éteindre une bougie.  Lucette est assise sur le lit, face à nous, elle me regarde droit dans les yeux.  Son regard me soutient, m'encourage.  "Allez, Marina, bientôt tu l'auras dans tes bras!"  "Pousse encore, encore, continue!"  "Vas-y, Marina, aide ton bébé!"  Je sens sa petite tête qui descend et descend encore.  Je mets mes mains sur les lèvres de mon vagin qui s'écartent et s'écartent.  Et cette petite tête qui se fait là, de plus en plus ronde, sous mes mains.  Les "o" sont devenus des râles.  Bientôt, la tête est entièrement sortie, bientôt, Léo-Pol est dans mes bras!  Une fois Léo-Pol dans mes bras, Lucette nous couvre d'un grand essuie.  Nous sommes là, dans ce contact peau à peau.  Mon mari, papa de ce petit bout, Fred qui nous entoure!  Léo-Pol est toujours relié à moi par ce cordon qui bat encore.  Quand il cesse de battre, Lucette le clampse et Fred le coupe.  Lucette récupère le sang du cordon.  Léo-Pol est très vite mis au sein.  Après, vient le moment du premier bain.  Donné par son papa, à Léo-Pol.  Après, il est bien emmailloté, après avoir pleuré, ainsi bien au chaud, dans les bras de son papa, il ne dit plus rien.  Lucette me lave, me rhabille.  fred passe dans la pièce d'à côté avec Léo-Pol, tandis que Lucette me recouds.  Juste une petite eraillure des muqueuses.  Mais le périnée a fort souffert des deux précédents accouchements, dont la suture apparemment n'a pas été bien faite.  Après, Fred revient, on met bébé dans son berceau.  La nuit sera calme.  Léo-pol a le visage serein, il est paisible!  Comme l'ont été cette grossesse et cet accouchement!  Nous sommes tous les trois dans cette chambre.  Fred dort près de nous, sur un lit d'appoint.  Tout s'est bien passé.  Un bel accouchement!  Léo-Pol est venu au monde sans violence, tout naturellement, à 21h04!  Et le petit détail comique: Fred a pu retourner à la maison prendre une douche et changer de pantalon et de caleçon, car il a été inondé par la perte des eaux!  Le lendemain, en rentrant à la maison, vers 11h30, Pierre-Lilé et Léa-Kenza découvrent leur petit-frère.  Tels de petits anges, ils s'accroupissent de part et d'autre du landau, l'observent, le caressent.  Disent: "Chhut" en mettant leur doigt sur leur bouche.  Ils font des commentaires sur le fait quer je n'ai plus mon gros ventre, maintenant que Léo-Pol est sorti!  Pierre-Lilé me dit que maintenant que je n'ai plus mon gros ventre, je pourrai à nouveau courir vite!  (Car un jour, je lui avais fait la remarque qu'avec mon gros ventre, avec Léo-Pol dedans, je n'avançais pas vite)  Pierre-Lilé vient me prendre dans ses bras, me fait un câlin!  Léa-Kenza répète: "Bébé Pol dodo."   Nous sommes cinq...

    Ce qui m'a, entre autres, fait énormément de bien pour la naissance de Léo-Pol, c'est cette sensation qu'il n'y avait "pas de coupure".  Fred restait dormir près de nous juste après l'accouchement, le lendemain, nous étions de retour dans notre petit cocon familial!  Pas de soirées ni de nuits seules avec le nouveau-né, ni de baby-blues,...  Et un petit bébé bien serein et paisible...

    Pourquoi cet article?  Parce que j'estime que chaque femme, chaque père, ainsi que leur enfant ont le droit d'être respectés lors de ce moment unique qu'est la naissance, que ce soit à l'hôpital, en maison de naissance ou à la maison! 

    Parce que je trouve qu'une femme enceinte est souvent "désinformée".  Je m'explique, je trouve que l'on (on=hôpital, gynécologue, certains livres,...) a tendance à informer sur ce que l'on veut bien, sur ce qui nous arrange et pas sur toutes les possibilités!

    Par exemple, on vous dit: "La péridurale, c'est bien.  Vous n'aurez pas mal.  Vous serez plus reposée pour accueillir votre bébé."  Mais, est-ce qu'on vous dit qu'avec la péridurale votre bébé est coupé de vous?  Car ce n'est pas parce que vous ne ressentez plus vos contractions de la même manière que votre bébé, lui, ne les ressent plus!  Vous êtes coupée de votre bébé, vous ne l'accompagnez plus dans son cheminement...

    Il y a également un bouleversement du système hormonal.  En temps normal, lors d'un accouchement sans anesthésie, la douleur physiologique entraîne la production d'endorphines pour compenser, ce qui à son tour entraîne la production de prolactine pour la mise en route de l'allaitement.

    Comme le dit le Dr Michel Odent:

    "Si vous faites une péridurale, vous perturbez l'équilibre hormonal.  Vous avez besoin d'une perfusion d'ocytocine pour avoir de bonnes contractions...  Dès qu'on touche à l'équilibre hormonal, on perturbe tout."

    Extrait d'http://naissance.ws:

    Respect de la physiologie de l'accouchement

    La péridurale

    a entraîné

    l'ocytocine

    qui a entraîné

    le ralentissement du coeur

    qui a entraîné

    la tentative d'expression

    qui a entraîné

    les forceps et l'épisio

     

    Pour une naissance libre, informée et responsable http://naissance.ws

     

    Certes, la péridurale est une belle invention, quand c'est nécessaire!  Mais, son utilisation lors des accouchements ne devrait pas être systématique!  Que les femmes puissent choisir en toute connaissance de cause, en étant correctement informées!

    N'oublions pas que:

    - La péridurale ralentit le travail

    - On injecte donc l'ocytocine afin de relancer les contractions

    - La péridurale insensibilise le ventre

    - On ne maîtrise plus du tout l'expulsion

    - On pousse de travers, n'importe comment

    - Et on se retrouve avec une épisiotomie

    (Voir l'article "L'analgésie péridurale" sur http://larbreabebes.free.fr)

    La peur davoir mal

    Je connais pas mal de femmes, principalement les primipares qui invoquent la "peur davoir mal".  Encore un problème de société vous dirais-je!  Car du jour d'aujourd'hui, on a bel et bien tendance à occulter la douleur.  On n'en parle pas, on ne l'explique pas ...  Fatalement, on a peur de l'inconnu...

    La peur d'avoir mal durant l'accouchement d'après moi est surtout liée au fait que l'on ne conforte pas assez les femmes en leur capacité à accoucher par elles-mêmes!  Mais aussi au fait que la femme ne connaît plus son corps ni ne connaît réellement le processus de l'accouchement!  On s'en réfère au gynécologue "qui lui, sait tout".  On lui voue une confiance aveugle ainsi qu'en l'hôpital et à toutes ses technologies, auxquelles nous vouons une confiance aveugle, à tel point que l'on ne sait plus rien faire par soi-même! 

    Pour moi, le livre "Une naissance heureuse" d'Isabelle Brabant est une bible en ce qui concerne la matière!  C'est ce genre de livres-là qu'une femme enceinte devrait lire et non tous ces bouquins si abstraits que l'on trouve partout dans le commerce!

    Quand j'ai accouché avec ma sage-femme, Lucette, je n'avais pas peur, car du début à la fin de mon accouchement, elle ne m'a pas quittée.  Elle était là pour me soutenir.  Ses paroles, ses gestes, son regard, tout pour me guider, me donner confiance, m'encourager!

    Car plus que d'appareils, c'est d'une personne qui soit présente pour l'écouter, l'encourager, pour la guider qu'une femme qui accouche a besoin!

    "Un accouchement normal ne requiert aucune intervention, seulement des encouragements et un peu de tendresse."

    Grandir Autrement, Naître... chez soi!

    Pour en revenir à la douleur et à l'application de la technologie aveugle...

    Extrait du livre "INTIMES NAISSANCES Choisir d'accoucher à la maison", extrait de Verena Schmid, sage-femme, "Essai sur la douleur de l'accouchement Signification et fonctions":

    "La technologie en salle d'accouchement n'a produit aucune amélioration importante concernant la mortalité périnatale, et a détérioré la qualité du lien entre la mère et l'enfant, ainsi que la qualité de la vie et de la santé de l'enfant.  Les problématiques autour du mal-être des enfants en âge préscolaire et les problèmes croissants des adolescents éclatent comme jamais auparavant."

    "L'enfant lui-même naît inondé d'ocytocine naturelle, d'endorphines, de prolactine, de catécholamines: les hormones de l'amour, du lien, de la force.  Avec un peu d'imagination, il est facile de concevoir ce qui peut arriver à un enfant privé de ce fleuve bénéfique qui le protège et l'accueille.  Etant donné que l'ocytocine et les endorphines sont également d'importants neuromédiateurs du système nerveux, leur manque peut créer de nouveaux problèmes émotionnels et affectifs, mais aussi structuraux et psychiques."

    Importance du mouvement

    "Comme nous le verrons, le mouvement est la réponse physiologique  à la douleur.  La liberté de mouvement permet à la femme de trouver instinctivement des positions plus antalgiques, qui sont celles de moindre résistance et compression.  Elle se protège ainsi elle-même des dommages au niveau du bassin, du col de lutérus, du périnée, ainsi que des mauvaises positions et de la compression excessive de la tête de lenfant.  Ainsi, elle diminue tout autant le niveau de stress de l"enfant que sa propre douleur."

    Voir également "Les positions" http://larbreabebes.free.fr

    Je ne comprends pas que dans certains hôpitaux, on vous case dans un lit en salle de travail et que la position gynécologique soit encore toujours imposée pour l'accouchement!  Ce n'est pas une position physiologique, on dit même que c'est la pire des positions!  Certes, elle convient peut-être à certaines femmes, mais pas à toutes!  Alors, pourquoi entraver une femme qui ne se sent pas bien dans cette position?!  De plus, ne conseille-t-on pas de bouger, de marcher durant le travail, afin d'aider le col à s'ouvrir, le bébé à descendre,... Evidemment, cette position est encore une question de facilité pour le gynécologue qui a bonne vue sur le sexe de la femme et toute facilité d'intervention!  Intervention!  On intervient pour tout et pour rien!  Encore une "pathologisation" systématique de l'accouchement!

    Quand la femme "est dans son accouchement", elle ressent son bébé qui descend et qui la guide automatiquement dans la position qu'elle doit adopter.

    J'aime beaucoup la conclusion de Verena Schmid:

    "La douleur est une facette désagréable, mais fondamentale de l'accouchement physiologique.  C'est un élément qui met la femme en action, la rend plus forte et la prédispose au lien avec l'enfant. 

    La douleur est fondamentale pour la santé.  Sa suppression crée  une série notable de complications dans le processus de l'accouchement et pour la santé des femmes et des enfants, mais elle inhibe surtout leur réactivité en les rendant plus faibles.

    En outre, la femme perd une occasion importante de faire une expérience unique sur elle-même.

    Une information correcte devrait tenir compte de ces facteurs.  On doit se demander si cela ne vaut pas la peine de travailler plus intensément sur ces thèmes avant l'accouchement et investir d'avantage dans l'analgésie naturelle, la continuité de l'assistance avec la sage-femme.  Selon les recherches, sa présence est la forme la plus efficace d'assistance à la maternité.  Il est certain que la douleur d'un accouchement physiologique est seulement gérable à travers le soutien et la conduite d'une sage-femme "sage", patiente et disponible, dans une relation de confiance, avec la liberté totale de la femme à pouvoir disposer de son corps."

    Je continue avec quelque chose qui m'a marquée à propos des hémorragies de la délivrance...

    Dr Michel Odent: "D'abord, dès que le bébé vient de naître, il faut qu'il fasse très chaud. (...) L'autre condition est que la femme n'ait rien d'autre à faire que de ressentir le contact avec la peau de son bébé, de voir ses yeux, de sentir son odeur, sans aucune distraction.  Là, c'est le gros problème!  Dès qu'un bébé vient de naître, il y a toujours quelqu'un qui veut dire ou faire quelque chose!  Toutes les cultures ont perturbé la relation entre la mère et son bébé.  Un exemple: la femme vient d'accoucher, elle a oublié le reste du monde, elle découvre son bébé.  Quelqu'un vient avec deux pinces et une paire de ciseaux pour couper le cordon.  Qu'est-ce que fait la femme?  Elle regarde ce qui se passe, retombe de sa planète et elle ne sécrète pas son pic d'ocytocine.  Ensuite, on se demande pourquoi la maman saigne en délivrant le placenta...  Ou bien, c'est l'excitation générale quand le bébé vient de naître, tout le monde se met à parler...  Ce sont les grandes causes de l'hémorragie.  Hors,  parler de physiologie, c'est presue une obligation aujourd'hui...  (...)  Pour moi,  une hémorragie de la délivrance, c'est pratiquement toujours la conséquence d'une interférence inappropriée: on a parlé, on a distrait, on est intervenu..."

    Oh, j'ai été "saisie" par encore bien des choses comme celle-là, tant de choses que j'ignorais!  Par exemple, peu après la naissance de Léo-Pol, je demande à Lucette: "Vu que je l'allaite, il ne faut pas lui donner de vitamine K?"  Pour Pierre-Lilé et Léa-Kenza, je devais leur en donner en gouttes, le 1er mois de l'allaitement.  La vitamine K est donnée conrtre les hémorragies.  Sur ce, Lucette me répond que d'après une étude menée par Michel Odent sur plusieurs enfants ayant eu des cancers avant l'âge de dix ans et en remontant à leur naissance, on s'était apperçu qu'ils avaient tous reçu de la vitamine K...  De quoi vous laisser "sur votre derrière", comme on dit!  De plus, Lucette me disait que bien entendu, tous les enfants allaités ne font pas d'hémorragies!  Et que si le cas se produit, il est encore toujours temps de faire quelque chose.

    Un autre sujet: les naissances prématurées.  Là aussi, je trouve qu'il serait nécessaire d'investir plus dans la prévention que dans la guérison!  Dans la guérison, il y a tout!  Mais, dans la prévention???  Combien de femmes sont stressées par leur travail?!  Je prends ici un extrait  de l'article "Travail: nouveaux horizons" paru dans "Agenda plus n°199 - Juillet/Août 2008" "Mais toutes les enquêtes démontrent que les personnes, principalement les femmes à qui incombe encore le travail domestique et familial en sus du travail salarié, manquent de temps, vivent dans le stress, la hâte constante, le sentiment dêtre débordée.  Rien na été prévu, dans nos pays, en France, en Belgique, pour que le temps parental soit pris en compte, d'où la persistance de très fortes inégalités autant dans les salaires que dans les emplois proposés aux femmes."  Congé parental rémunéré, autant pour la mère que pour le père?  Allocations de la femme au foyer?  Développement d'un grand service public pour la garde des jeunes enfants?  S'épanouir professionnelement tout en ivestissant sa maternité ou sa paternité à fond? ...  Reste encore beaucoup de chemin à faire pour en arriver là!  Et c'est bien dommage!  Car si tout celà était réel, nous serions bien plus motivés à avoir des enfants!  A l'heure actuelle, on doit déjà se casser la tête avant même qu'ils ne soient nés pour leur trouver une place encrêche!  Et vous trouver que cela favorise le fait de mener une grossesse sereine, sans stress!!!  Car le voilà le plus grand problème et pour la plupart des causes de naissnces prématurées comme des pathologies de la grossesse, j'accuse le stress!  Pour en revenir au thème de la prématurité, je conseille vivement la lecture du livre "Adrien ou la colère des bébés" du Pr Jean-Pierre Relier.  Je le résume ainsi:  Un livre très profond!  L'histoire d'Adrien né grand prématuré et le combat de ses parents, pour que malgré toutes les souffrances endurées par ce petit bonhomme tombé du nid, il soit un enfant heureux.  A travers ce roman, Jean-Pierre RELIER, chef de service en néonatologie et professeur de pédiatrie, nous montre une autre façon de voir la vie, avec beaucoup d'amour et de spiritualité.  Il fait passer ses idées, notamment sur les bienfaits que peuvent apporter l'astrologie et l'ostéopathie mais également sur des faits plus graves comme la trop grande banalisation de la prématurité, l'acharnement thérapeutique, l'abandon de l'écoute du naturel ou encore notre trop grand orgueil nous empêchant de nous ouvrir à bien des choses...

    Voilà pour le résumé.  Je cite ici, un extrait, entre autres: "La néonatologie fabriquait des morts en sursis pour s'en attribuer la gloire, sans se préoccuper de ce que serait la vie de cet enfant venu au monde "non fini."

    Outre la banalisation des naissances prématurées, une autre m'effraie aussi, la banalisation des césariennes...  Parlons de ce choix que font certaines femmes d'accoucher par césarienne facultative programmée.  On en entend également de plus en plus parler parmi les people, préférant accoucher ainsi pour ne pas souffrir et ne pas abîmer leurs parties intimes...  Mais, il n'y a pas qu'elles!  Cette "mode" venue d'Italie s'est aujourd'hui développée un peu partout...  Même certains obstétriciens affirment leur préférence pour ce mode d'accouchement.  Je cite ici un extrait que j'ai traduit de www.paramanadoula.com (Michel Odent et Liliana Lammers de Paramanadoula, extraits du livre "Le fermier et l'accoucheur")  "D'autres "experts" bien connus s'étonnent pourquoi il y a encore toujours des femmes qu veulent traverser la douleur et le stress du travail à une époque où - grâce à la péridurale et une goutte de syntocinon - il est possible de regarder la TV en donnant la vie."  Quand je lis cela, je me dis: "Mais, Bon Dieu, ceux-là n'ont décidemment rien compris!!!"

    Je cite ici encore deux extraits du livre "Au coeur de la naissance" Témoignages et réflexions sur l'accouchement, sous la direction de Lysane Grégoire et Stéphanie St-Amand:

    Isabelle Brabant: "Il est difficile de parler de douleur, d'effort, de découverte de soi, de renoncement même, dans un monde axé sur la consommation et l'autosatisfaction."

    Magalie Queval: "Dans notre société, on s'anesthésie pour vivre la naisssance de nos enfants.  Il me semble pourtant que vivre devrait signifier accepter les défis que nous offre la vie et avoir la fierté de passer au travers."

    Je discutais avec Chantal, sage-femme, et lui disais un peu consternée: "Comment une femme peut-elle être satisfaite de son accouchement et trouver qu'elle a vécu un bel accouchement alors qu'elle a accouché sous péridurale, avec monitoring en continu et épisiotomie?!"  Elle me répondait que pour beaucoup de femmes, c'est encore comme ça.  Elles ne savent pas "lâcher prise"...

    Lâcher prise, oui c'est ça.

    "La physiologie est indissociable d'une psychologie.  Pour que cela soit possible, il est impératif que la femme fasse le choix d'enfanter et non d'être accouchée, qu'elle fasse le choix de plonger au fond d'elle-même pour trouver sa solution, qu'elle accepte d'être bousculée." (Extrait d'"Intimes Naissances")

    Lâcher prise, accepter d'être bousculée,...

    Il est vrai que dans le cas d'une naissance physiologique, la maman qui met au monde son enfant rentre dans sa bulle, se laisse aller à son instinct, à son "animalité".  Elle est à l'écoute de son corps, de ce corps par lequel son bébé lui exprime l'attitude à adopter.  Elle est à l'écoute de son bébé qui la guide.  Le monde extérieur n'existe plus.  Elle est reliée à quelque chose de profond... Elle peut parfois adopter des comportements qui en temps normal seraient qualifiés d'"étranges".  Mais dans sa bulle, elle sait ce qui est bon pour elle et son bébé.  Elle se laisse aller à son enfantement.  Elle est en osmose parfaite avec la naissance...

    Je me rappelle d'une de mes lectures qui comparait l'enfantement avec l'amour.  Et qui disait qu'enfanter, c'est comme faire l'amour, on se laisse aller et on n'a pas envie d'avoir 36 000 téléspectateurs autour de soi.  On a besoin d'intimité, d'être à l'abri de la lumière et de lâcher prise...

    Encore un acte qui n'a pas de raison d'être si tout se déroule normalement: le déclenchement.  Il faut savoir que normalement, c'est le bébé qui "lance le processus de l'accouchement" lorsqu'il est prêt à naître.  Un déclenchement rend le travail plus difficile pour la maman et le bébé, les contractions étant plus fortes que pour un accouchement normal.  Le déclenchement ne pouvant fonctionner qu'à moitié, le travail est beaucoup plus long et peut amener à une césarienne...

    Je ne peux terminer sans un mot pour les doulas, souvent encore méconnues, mais exerçant un très beau rôle et tellement essentiel lors de la naissance!

    Qu'est-ce qu'une doula?

    La doula est une femme d'expérience, maman ou grand-mère, passionnée par l'aventure de la naissance et qui de préférence aura eu l'expérience d'un accouchement sans médicalisation ni intervention.

    Elle n'a pas de formation particulière, si ce n'est qu'elle est au courant de tout ce qui touche à la grossesse, l'accouchement et l'allaitement.  Et que ses informations soient mises à jour afin que la jeune-femme se sente en sécurité auprès d'elle.  Idéalement, une formation de doula devrait inclure un programme de premiers secours obstétricaux.

    Le terme "doula" est originaire du grec.  En fait, la communauté grecque considère unanimement ce mot avec aversion, car "doula" signifie "esclave".

    Pourquoi une doula?

    Du point de vue des physiologistes, l'intimité ainsi que se sentir en sécurité sont les deux besoins essentiels de la femme qui accouche.  La doula tient le rôle de la figure maternelle avec qui on se sent en sécurité, comme avec une mère.

    Avec une doula, la femme peut compter sur une seule figure maternelle qui sera présente avant, pendant et après la naissance. (Source: www.paramanadoula.com)

     

    Parce que je suis convaincue que pour qu'il y ait du changement, pour que la grossesse et la naissance soient enfin respectés, pour que le cercle obstétrical ouvre enfin les yeux sur les besoins essentiels d'une femme en travail et prenne plus en compte les facteurs environementaux pouvant faciliter le processus de la naissance, une goutte plus une goutte feront ce changement...  Pour cela, nous les femmes qui voulont ce changement devons faire entendre nos voix!  En unissant les nôtres à toutes celles et ceux qui oeuvrent pour la même cause que la nôtre, sages-femmes, doulas,...

    Cremers Marina      

     

    Je pourrais m'étendre encore, mais pour cela, il y a de très chouettes sites qui développent certains thèmes bien mieux que moi, ainsi que de très beaux livres!

    En voici quelques-uns...

    Sites internet:

    - www.grainesdevie.be (Centre Périnatal de Proximité - Province de Luxembourg)

    - www.sage-femme.be (Rôle de la sage-femme, liste des sages-femmes,...)

    - http://naissance.ws (Portail Naissances.  Sites internet et associations francophones pour une approche "citoyenne" de la naissance)

    - http://larbreabebes.free.fr (Pour un accompagnement respectueux de nos enfants)

    - www.fabienne-marsaudon.com (Fabienne Marsaudon, auteur-compositeur-interprète.  Chansons pour une Naissance)

    - www.alternatives.be (Pour une naissance à visage humain.  Adresses des maisons de naissance en Belgique!)

    - www.peau-a-peau.be (Une référence en matière de portage de jeunes enfants, couches lavables et allaitement)

    - www.maison-de-naissance.be (Maison de naissance de Namur)

    - http://users.swing.be/carrefour.naissance/ (Belgique - Une naissance... naturelle... consciente... mais surtout "responsable"... Naissance d'une famille...)

    - www.doulas.be (Association Francophone des Doulas de Belgique.  Qu'est-ce qu'une doula?  Trouver sa doula,...)

    - www.paramanadoula.com (Une très belle explication sur les doulas.  Site en anglais, "The doula at a turning point in the history of childbirth" extract from "The Farmer and the Obstetrician" by Michel Odent)

    - www.infor-allaitement.be (Association pour promouvoir et soutenir l'allaitement)

    - www.lllbelgique.org (Association d'information et de soutien à l'allaitement maternel)

    - http://maternage.free.fr/index.html (Maternage, naissance naturelle, allaitement maternel naturel, portage & co-dodo, alternatives éducatives)

    - www.florilege-nature.be (Boutique en ligne allaitement, portage, couches lavables,... Vêtements d'allaitement!)

    - www.honeymom.fr (Vêtements d'allaitement gais et pratiques!)

    - www.knusjes.be (Boutique allaitement, portage, couches lavables,... Vêtements d'allaitement!)

    - www.lunaviolette.net (Articles naturels, écologiques et éthiques pour bébés et futures mamans)

    - www.euphia.com (Les soins naturels pour bébés)

    - www.lapachamama.eu (Une gamme d'articles issus du commerce équitable pour petits et grands)

    Liste non exhaustive!

     

    Livres

    - "Adrien ou la colère des bébés", RELIER Jean-Pierre, Robert Laffont

    - "Pour une naissance sans violence", LEBOYER Frédérick, Seuil

    - "Trois fées pour un plaidoyer" - l'éloge d'une naissance amoureuse et consciente, GERE Corinne, DOHMEN Brigitte, MISPELAERE Christiane, Amyris

    - "Une naissance heureuse",BRABANT Isabelle, Saint-Martin

    - "Elever son enfant... autrement" - ressources pour une éducation alternative, DUMONTEIL-KREMER Catherine, La Plage

    - "Intimes Naissances" - choisir d'accoucher à la maison, sous la direction de Juliette et Cécile COLLONGE, La Plage

    - Magazine "Grandir Autrement" - Hors Série - "Naître... chez soi!"

    - "Au coeur de la naissance" - témoignages et réflexions sur l'accouchement, sous la direction de Lysane GREGOIRE et Stéphanie ST-AMAND, éditions du remue-ménage

    - Livre-Disque "Hymne à la Vie", MARSAUDON Fabienne, Monte-Cristo

    Les livres de Michel ODENT que je nai pas encore eu le plaisir de lire!!!

    Liste non exhaustive!

    Petit "lexique"

    - ocytocine: hormone qui stimule notamment les contractions de l'utérus chez la femme enceinte et permet à son col de s'ouvrir. 

    Michel Odent l'appelle l'"hormone de l'amour" car elle est présente dans toutes les facettes de l'amour humain et permet l'attachement mère-enfant.

    Qui est Michel Odent?  Michel Odent est bien connu comme l'obstétricien qui a innové dans un hôpital français, la fameuse clinique de Pithiviers, les "piscines d'accouchements" ainsi que les salles d'accouchements dans lesquelles les femmes pouvaient se sentir "comme chez elles".

    Il est le fondateur du Centre de Recherche en Santé Pimale à Londres, dont l'objectif est d'étudier les corrélations entre ce qui se passe durant la période primaire - depuis la conception jusqu'au premier anniversaire du bébé - et la santé ainsi que le comportement adulte.

    Il a publié plus de 50 récits scientifiques et 11 livres traduits en 21 langues.

    - Qui est Liliana Lammers?  Liliana Lammers a 4 enfants, dont 3 naquirent à la maison.  Depuis 17 ans, elle collabore avec le Dr. Michel Odent et accompagne des naissances à la maison avec lui.  Voici 7 ans qu'elle travaille à Londres en tant que doula, aussi bien en milieu hospitalier qu'à la maison.

    - Qui est Isabelle Brabant?  Sage-femme depuis plus de 20 ans, Isabelle Brabant exerce sa profession à la Maison de naissance de Côte-des-Neiges de Montréal depuis 1994.  Passionnée par toutes les questions entourant la maternité, elle s'est impliquée dans le dossier de la législation de la profession des sages-femmes, a participé activement au mouvement d'humanisation des naissances et continue à s'engager corps et âme dans l'amélioration des conditions entourant la naissance.  En plus de sa pratique, elle a écrit de nombreux articles, collaboré à des films et vidéos, et donne régulièrement des ateliers et des conférences qui suscitent un vif intérêt dans la communauté internationale.  Elle est aussi la mère de Zoé et Gaspar.

    Isabelle Brabant a assisté des centaines de femmes et de couples.  A l'hôpital, à la maison et en Maison de naissance, elle les a guidés et accompagnés dans leur cheminement et a su trouver les mots qui réconfortent et donnent du courage.  Vous retrouverez la même imagerie, les mêmes expressions simples et sans détours dans son livre Une naissance heureuse.

    - Qui est Frédérick Leboyer?  Ancien interne des Hôpitaux de Paris, Chef de Clinique à la Faculté, après avoir exercé la pratique privée jusqu'en 1973, il décide, lors de la parution de Pour une Naissance sans violence, de ne plus exercer.  Il se consacre alors à lécriture: Shantala (1976), Le sacre de la naissance (1982), Si lenfantement métait conté (1996) et réalise trois fims: Naissance, Shantala, Le Sacre, réunis sous le titre Autour de la Naissance et publiés par Vision-Seuil.

    - Qui est Jean-Pierre Relier?  Jean-Pierre Relier est l'auteur de L'Aimer avant qu'il naisse (Robert Laffont, collectin "Réponses", 1993).  Il a fait une carrière internationale, a été notamment vingt ans chef de service en néonatologie à Port-Royal et trente ans professeur de pédiatrie à René Descartes.

     

    *****

    (22/10/2008)  "Famidoo", le site belge de la famille (Concret, pratique,interactif et de proximité.  Une mine d'informations et d'adresses pour les parents et leurs enfants: grossesse, bébé, éducation,...) www.famidoo.be a publié un article: "Accouchement - La peur d'avoir mal", document "Psy - Bien-être", une partie tirée de mon article.  

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ancien article de "Blogorama"

    Léo-Pol, Léa-Kenza et Pierre-Lilé  (Famille, enfants) posté le jeudi 09 octobre 2008 19:17

    Blog de melimelodesptitsblanpain :Méli Mélo des p'tits Blanpain!, Léo-Pol, Léa-Kenza et Pierre-Lilé

    Parce que de part leur histoire, ils ont chacun quelque chose de passionnant à partager...

    - Léo-Pol a vu le jour autrement en d'autres lieux en venant au monde en maison de naissance...

    - Léa-Kenza et sa passion pour les animaux!  Mais aussi son hospitalisation...

    - Pierre-Lilé le grand sensible, dont l'expérince d'entrée en maternelle s'est mal passée et qui est instruit en famille pour le moment...

    En tant que leur maman, depuis leur naissance, ils m'ont tant apporté et j'ai ouvert les yeux sur des choses auxquelles je n'aurais peut-être jamais pensé auparavant...  Si je peux, de part le partage de nos expériences et réflexions vous apporter un peu d'information, je serai très heureuse!  Parce que "maman" est mon métier et ma passion!  

    Pin It

    votre commentaire