•  

     

    ...Souvenez-vous: "La petite fille du parc"

     

    Aurevoir petite rose!

     C'est une petite rose sauvage, libre... 

    C'est une rencontre qui a baigné nos cœurs de tellement de douceur.

    C'est comme si, quelque part, nos vies étaient remplies d'histoires de petits princes, de roses et de renards.

    Ce sont de belles histoires mais qui ont toujours ce côté déchirant; ce côté de nous émouvoir aux larmes.

    Ce sont des histoires pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfant; pour ceux qui ne voient bien qu'avec le cœur...

    Peut-être parce que les belles histoires sont faites de rencontres mais aussi de départs...

    Peut-être parce que les petites roses sauvages doivent rester libres même si on s'est un peu apprivoisé...

     

    Et oui, la petite fille du parc et moi sommes devenus amis et maintenant, elle reprend sa route! ;)

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • En quittant mai...

    C'est mai qui s'achève...  Mai mi pluie, mi soleil...

     

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mon chapeau se mouille.

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mes souliers aussi.

     

    Je marche sur la route,

    Je connais le chemin.

    Je passe à travers gouttes,

    En leur chantant ce gai refrain.

     

    Refrain:

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mon chapeau se mouille.

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mes souliers aussi,

     

    Je marche dans la boue,

    J'en ai jusqu'au menton,

    J'en ai même sur les joues.

    Et pourtant, je fais attention.

     

    Refrain :

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mon chapeau se mouille.

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Mes souliers aussi.

     

    Mais derrière les nuages,

    Le soleil s'est levé.

    Il sèche le village,

    Et mon chapeau et mes souliers,

     

    Refrain:

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    Adieu les nuages,

    Gouttes, gouttelettes de pluie.

    L'averse est finie.

     

    En quittant mai...

    Les prés sont en fleurs.  C'est l'heure des joyeux pique-niques! ;)

     

    En quittant mai...

     Au jardin, les premières fraises!

     

    En quittant mai...

    A l'heure du goûter, trempons les p'tits biscuits dans la chicorée! ;)

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

    Allons courir à travers prés!

     

    "Les champs du printemps sont frais et verts

    Ce sont des robes pour notre Mère Terre

    Jaunes, violettes, blanches et vermeilles

    Les fleurs montent vers les rayons du soleil"

     

    Extrait de Marsha Johnson, Traduction Morgane Lafey 

     

    En quittant mai...

     Luna-Violette pose parmi les marguerites! ;)

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

    Soufflons un gros "blazius"!

     

    En quittant mai...

    Mais où sont les loulous?!

     

    En quittant mai...

    Là, là!  Les voilà!

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

     

    En quittant mai...

    Nous ne fêtons pas vraiment la fête des mères (connotation trop commerciale) mais j'ai tout de même reçu ce dessin très original, fait de collages de fleurs et de feuilles, de la part de Léa-Kenza!

     

    En quittant mai...

     Lili-Rose m'a, quant à elle, offert un dessin représentant le soleil, des gouttes de pluie et un arc-en-ciel!  ...C'est plutôt de saison! ;)

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Petite poupée fleur "Rose", pour table des saisons (Hauteur de la poupée: 7 cm)

     

    Petite poupée fleur "Rose"

     

    Petite poupée fleur "Rose"

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Ce lundi 16 mai 2016, avait donc lieu la conférence de Léandre Bergeron, à Rignac (Aveyron).  C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai écouté ce monsieur que j'ai trouvé humain, simple et accessible!  J'ai d'ailleurs eu un joli moment d'échange avec lui, après la conférence.  Je me suis sentie en harmonie, me suis un peu reconnue dans son expérience de vie...  Mais, j'ai aussi retrouvé en lui cette force de conviction, de confiance, cette volonté d'avancer sans peur et sans se laisser marcher sur les pieds qu'a ma sage-femme de cœur, Lucette Visée-Maton!

    Conférence de Léandre BERGERON à Rignac

     

    La conférence a notamment pu être mise en place grâce à l'association CREA-Apprendre la vie (Cercle de réflexion pour une 'éducation' authentique) ainsi que l'association POP'S - Parents Ouverts et Positifs (Objet : permettre à des parents ou futurs parents de s’informer, de se rencontrer et d’échanger sur les périodes de la grossesse, de l’accouchement, des suites de couches, de la petite enfance, de l’enfance et de l’adolescence ; informer sur le maternage et la parentalité positive grâce à l’organisation régulière de rencontres et ateliers entre parents sur la commune de Rignac).

    Ces deux associations avaient des stands, sur place, où il était possible de consulter certains livres.  Il y avait également la possibilité de se procurer les différents livres ou film de Léandre Bergeron.

     

    Conférence de Léandre BERGERON à Rignac

    Je ne vais pas m'attarder sur la présentation de Léandre Bergeron.  Pour cela, et pour en savoir plus sur Léandre Bergeron mais également pour vous procurer ses livres ou encore pour connaître les dates de ses conférences (Seulement 15 conférences en Europe, du 16 au 30 mai), je vous invite à aller directement sur son site: http://leandrebergeron.com/

    J'ai pris soin de prendre quelques notes de ce qui a été dit lors de la conférence et qui m'a interpellé:

    Léandre Bergeron commence par nous dire: "Les parents sont des gens dangereux mais les enseignants encore plus..." En tant qu'enseignant, j'étais un policier.  Discipline.  Rôle de coercition.  A l'école, c'est d'abord l'obéissance qu'on apprend.  L'éducation nationale = le "dressage national".  On privilégie les connaissances du cerveau, alors que nous avons trois intelligence: l'intelligence du cœur, l'intelligence du corps et celle du cerveau.  Le cœur a été atrophié, dans notre société.

    On traite mieux les chiens qu'on traite les personnes.  Les chiens ont droit a un entraînement individuel.  Les élèves sont quarante, en classe.  L'instruction publique est un dressage qu'on ne fait pas à nos chiens.

    Les parents sont dangereux.  On nous impose un bagage.

    D'où est venu cette tendance de contester beaucoup?  En vivant des choses...  Quand ma première fille est née, j'ai "ramassé un paquet à l'hôpital".  Nos façons de faire sont bien dénaturées.

    Installé à la campagne en 1980, Léandre Bergeron qui "ne veut plus ramasser de petit paquet à l'hôpital", ainsi que sa femme décident que leur enfant naîtra à la maison. Tout le monde a peur de l'accouchement à domicile.  Toute la société nous dit qu'il faut avoir peur!  Lorsque ma fille est née, j'ai été son premier accueillant.  Lorsqu'on ne vit pas dans la peur, on vit dans l'émerveillement.  Un enfant qui naît naturellement s'accouche tout seul.  La mère est la piste d'atterrissage de son enfant.

    Il n'est pas question de les envoyer à l'école; c'est un crime contre l'humanité.  Si il n'est pas forcé à l'obéissance, l'enfant se développe.

    Déirdre, la fille aînée de Léandre Bergeron, décide d'essayer d'aller à l'école.  Peu de temps après, elle déchante.  Léandre décide de l'accompagner sur les bancs de l'école, durant une semaine. 

    Ma fille a décroché en première année.  Elle a eu envie d'aller à l'école pour les copines, le bus scolaire.  Pendant une semaine, je suis allé à l'école avec ma fille.  C'était horrible.  On met les enfants dans un bocal, complètement coupé de la vraie vie.  La classe, le troupeau.  Au bout de deux-trois jours, j'ai dit à ma fille, Déirde: "Moi, je ne suis plus capable...  Et toi?"  "Bon, allez, on rentre chez nous!"

    Par après, Déirdre est devenue gérante de mon magasin d'alimentation naturelle.  C'était un très bon apprentissage.

    Léandre explique que certains adultes, étonnés de voir sa fille dans le magasin et non à l'école, avaient parfois une attitude condescendante envers elle.

    Lutte entre les enfants et les adultes.  Il n'y a pas de raison que les adultes soient dominants envers les petits.

    L'école est un "éloignoir de sensibilité".

    Si on demeure ouverts aux enfants, on résout les petits problèmes tout de suite.  A l'école, on refoule.  Ca en fait des adultes à retardement.  Si on règle les problèmes au fur et à mesure, on va loin.  Pas de crise d'adolescence car on résolvait les problèmes au fur et à mesure.  Mes filles ont été élevées avec une grande autonomie; elles sont centrées.

    Léandre explique que comme ils faisaient table d'hôtes, ses filles ont pu rencontrer des gens de toutes les professions (médecins, instituteurs,...) mais que jamais une de ces professions ne les a attirées.

    Il parle de la plus jeune de ses trois filles, Cassandre et de sa passion pour les chevaux.  La meilleur façon pour qu'elle apprenne un métier avec les chevaux, était qu'elle aille chez quelqu'un qui travaille avec les chevaux.  Elle a ainsi suivi le maréchal-ferrant. 

    Une personne, dans le public, demande si outre la première inspection pédagogique, les filles de Léandre ont eu d'autres inspections?

    Pas de contrôles.  Ma réputation était établie.  Ils n'ont pas osé venir.

    Les enfants IEF sont dans la vraie vie.  Ceux qui vont à l'école sont dans des casernes militaires. Coercition éducationnelle.

     Léandre Bergeron parle, à présent de l'origine, de l'historique de l'école obligatoire.

    Où as été créé l'école obligatoire?

    En Prusse.  Etat allemand.  En 1713, loi obligeant tous les petits prussiens à aller à l'école.

    Jules Ferry.  La France s'est mise à l'école obligatoire; après s'être demandée ce qui faisait la force des prussiens.

    Nationalisme.  Ils se sont enrôlés comme des moutons.  Première guerre mondiale.  Deuxième guerre mondiale.  Nouvelle couvée de moutons.  Dans quel bourbier on se retrouve...  Des guerres qui se succèdent.

    Les peurs.

    On vit dans un régime de terreur.  L'une des pires peurs que l'on développe chez nous, c'est la peur de la mort.  Cette peur là est bien ancrée chez nous.  Presque naturellement, mais elle est aussi entretenue.

    J'ai juste l'assurance automobile, mais pas les autres.  Parce qu'elles veulent dire qu'on a peur.

    Quand on a réussi a évacuer, tirer la chasse de nos peurs, il nous arrive de très belles choses!  Les peurs, c'est un des cancers de l'humanité.

    Comment avez-vous fait pour vous libérer de la peur?

    A 42 ans, j'étais tanné du "métro-boulot-dodo".  40 ans, âge charnière...  Est-ce qu'on continue ce train-train confortable?  Est-ce qu'on part?  Je suis parti en Abitibi.

    C'est ce qu'on fait dans la vie qui va vraiment changer notre vie.  Oser prendre des risques.  C'est l'action qui nous permet de nous libérer de nos peurs.  La vie s'ouvre à nous; de belles choses nous arrivent.

    Léandre Bergeron parle de son pain.

    Je fais mon pain dans ma cuisine.  "Vous êtes hors la loi!" , lui disent les inspecteurs.

    Un fonctionnaire ne comprend que ce qui est écrit, dit Léandre, en parlant des divers courriers envoyés à l'inspection.  Mes inspecteurs, ce sont mes clients!

    La différence entre le pain industriel et le pain artisanal c'est l'aseptisation, pas de goût, fade!

    Si on refusait tous cette autorité qu'on donne au gouvernement, on deviendrait des citoyens responsables.  Quand tout le monde est terrorisé, le tyran peut dormir en paix.  L'argent...  Faire de l'argent.

    Réduire les conflits.  J'offrais des pistes au gouvernement.  Je n'étais pas en conflit, explique Léandre Bergeron, en disant que ce n'était pas lui qui était en conflit contre les autres, mais plutôt les autres qui "venaient lui chercher misère", alors que lui offrait juste des "façons de faire autrement".

     

    Conférence de Léandre BERGERON à Rignac

    J'avais lu la première version du livre "Comme des invitées de marque" de Léandre Bergeron (qui est un compte-rendu de l’instruction libre des trois filles de l’auteur dans leur campagne abitibienne, entre 1980 et 2001), il y a quelques années...  Et j'ai été très heureuse de pouvoir rencontrer ce personnage! ;)

     

    Joli témoignage d'une maman pour qui Léandre Bergeron a été quelqu'un d'important, lui donnant la force de pratiquer un unschooling avec ses enfants, et plus particulièrement de déscolariser sa fille dont on avait dit qu'elle était dyslexique, trouble d'apprentissage, trouble de concentration et probablement autre chose et de lui permettre d'apprendre et de s'épanouir à son rythme: http://lavienotreecole.blogspot.fr/2013/07/leandre-bergeron.html 

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Quand je n'oublie pas de le faire, je note dans des petits carnets ces petites "perles d'enfants" que nos lutins ont l'art de nous dire.  Ce sont ces petits mots, ces petites phrases, si joliment et si justement déformés par nos enfants et qui peuvent, tantôt nous faire tant rire, tantôt nous émouvoir!  C'est rien que du bonheur! ;)

    Lili-Rose:

    Après avoir beaucoup joué avec notre ami G. et apparemment avoir été intrigué par l'implantation de sa barbe et lui avoir posé quelques questions à ce sujet...  Au soir, dans le bain, Lili-Rose s'exclame, fièrement: "Maintenant, je sais tout sur la barbe!  G. m'a tout dit!" (08.05.2016)

     

    Luna-Violette:

    Le chat a ramené une petite souris morte dans la chambre de Léo-Pol.  Les lutins décident d'aller l'enterrer.  Ils ont du avoir une conversation, en disant que: "La petite souris allait monter au ciel."  En sortant, Luna-Violette s'exclame (en parlant de la petite souris): "On va la lancer dans le ciel?" (12.05.2016)

     

    Lili-Rose:

    "Tu vas mettre un œil sur eux?" = Tu vas les surveiller? ;) (18.04.2016)

     

    Luna-Violette:

    -En sentant un pyjama qui porte son odeur: "Ca sent moi dessus!"  Autrement dit: c'est mon pyjama, parce qu'il a mon odeur! ;) (15.04.2016)

     

    -la "manoaise" = la mayonnaise 

    -une "saignière" = une griffe/un bobo (14.04.2016)

     

    Lili-Rose aime également beaucoup "parler au passé simple", comme les princesses dans les livres!  Et puis, le soir, lorsque nous lisons des histoires, avant qu'elle s'endorme, elle me demande ce que signifient certains mots compliqués tels que: alléchant ou distinguer?  Ensuite, elle les retient et les réutilise dans ses conversations, lorsqu'elle se raconte des histoires, en jouant! ;) (03.04.2016)

     

    Luna-Violette:

    -du "chipardentier" = hachis parmentier

     

    -le parc "amalier" = le parc animalier (05.04.2016)

     

    Faire les princesses; tout est dans l'allure! ;)

    Les "perles" de Lili et de Poyotte! ;)

     

    Les "perles" de Lili et de Poyotte! ;)

     

    Les "perles" de Lili et de Poyotte! ;)

     

    Les "perles" de Lili et de Poyotte! ;)

     

    Les "perles" de Lili et de Poyotte! ;)

     

    Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires